Observatoire de la régionalisation

27/11/2014

L’ « Hôpital Numérique », un atout majeur dans l’harmonisation des systèmes d’information hospitaliers

Le numérique connait depuis quelques années un essor dans la santé, qu’il s’agisse d’envois de scanners par tablettes numériques, d’applications mobiles de santé, d’informatisation des dossiers patients ou de consultations à distance grâce à la télémédecine. Nombres d’outils ont ainsi été développés, tant dans le but de faciliter la coordination entre les professionnels de santé que d’améliorer le rapport du patient à la santé. La « e-santé » permet une nouvelle vision du parcours de soins pour faire face aux défis actuels, que sont le vieillissement d’une population polypathologique, la hausse des maladies chroniques et les Affections de Longue Durée (ALD).

En mobilisant les nouvelles technologies, la « e-santé » apporte aux patients une plus grande facilité d’accès aux soins, dans des délais plus rapides et de manière plus efficiente, elle contribue également à améliorer la coordination et coopération entre les professionnels de santé à travers l’informatisation centralisées des données médicales.
Les pouvoirs publics, prônant leur volonté de moderniser l’offre de soins et conscients des enjeux d’intégrer l’usage du numérique, ont développé un programme en termes de « e-santé » : « Hôpital Numérique ».

« Hôpital Numérique » : la « e-santé » au cœur du secteur hospitalier

Le programme « Hôpital Numérique », lancé le 25 novembre 2011 pour la période 2012-2017 et piloté par la Direction Générale de l’Offre de Soins (DGOS), entend amener l’ensemble des établissements de santé, publics comme privés, à « un palier de maturité » de leur Système d’Information Hospitalier (SIH) [DGOS, « La position et la stratégie française », avril 2014] . L’objectif est, d’un coté, le partage et l’échange d’informations dans la prise en charge coordonnée des patients, de l’autre l’amélioration de la qualité et de la sécurité des soins ainsi que la performance liée à la production de soins.

Le palier de maturité, ou socle commun, auxquels les établissements de santé doivent parvenir afin d’homogénéiser leur système d’information, se base sur 3 pré-requis et 5 domaines prioritaires, élaborés en concertation avec des représentants institutionnels ainsi que acteurs de terrain.
 
Ce programme repose sur 4 leviers majeurs dans l’atteinte du socle commun :

  • une déclinaison des objectifs nationaux des Systèmes d’Information (SI) à un niveau local par les ARS
  • un renforcement des compétences des acteurs de santé par l’intermédiaire de la formation initiale et continue, grâce à la mise en place d’un référentiel national de compétences SI en 2013
  • une structuration des solutions offertes dans la mise en œuvre des SI par la publication d’un guide d’accompagnement des démarches autour des SIH en 2013 et une labellisation des solutions informatiques hospitalières d’ici à 2015
  • un financement du plan « Hôpital Numérique », par une enveloppe de 400 millions d’euros pour la période 2013-2017, annoncé en mars 2013 par la Ministre des Affaires sociales, de la Santé et des Droits des femmes [DGOS, « La position et la stratégie française », avril 2014]

Des indicateurs pour atteindre un palier de maturité suffisant des systèmes d’information

Afin de mener à bien la mise en œuvre de ce programme, 27 indicateurs « Hôpital Numérique » ont été intégré aux critères de certification des établissements de santé. Répartis dans les trois pré-requis et cinq domaines prioritaires énoncés ci-dessous, et sous le pilotage de la Haute Autorité de Santé (HAS), ces indicateurs visent à encadrer les établissements dans l’atteinte du socle commun en matière de système d’information. Un guide a par ailleurs été publié en avril 2012 par la DGOS présentant la définition, les objectifs et les modalités de calcul de chacun des indicateurs [DGOS, « Guide des indicateurs des pré-requis et des domaines prioritaires du socle commun », avril 2012].
 
Quelques exemples d’indicateurs :

  • le taux de séjour pour lequel le dossier patient informatisé a été mis à jour et contient le compte rendu d’hospitalisation, avec l’objectif suivant : 95% des séjours réalisés au sein des services de soins dans lesquels le Dossier Patient Informatisé et Interopérable (DPII) est déployé.
  • vision du planning du patient intégrant les consultations externes, examens des plateaux techniques, gestes chirurgicaux et actes paramédicaux (hors plan de soins), avec l’objectif suivant : l’existence du planning
  • le taux d’applications permettant une traçabilité des connexions au SIH, avec un seuil d’éligibilité de 100%

 

Les pré-requis :

  • le premier pré-requis concerne l’identification des patients et le mouvement de ces patients entre structures
  • le deuxième pré-requis consiste à garantir un niveau de disponibilité cible dans l’organisation des infrastructures et l’organisation pour l’exploitation des Systèmes d’Information Hospitaliers
  • le troisième pré-requis repose sur le principe de confidentialité dans l’authentification individuelle, la traçabilité et la gestion des contrôles d’accès vis-à-vis des données médicales

 

Les 5 domaines prioritaires :

  • le domaine 1 s’attache à la mise à disposition des soignants des résultats d’examens radiologiques, biologiques et d’anatomo-pathologie réalisés par l’établissement
  • le domaine 2 comprend améliorer la qualité et la sécurité de la prise en charge ainsi que l’efficacité du temps soignant grâce au dossier patient informatisé et interopérable
  • le domaine 3 correspond à la prescription électronique des médicaments, examens et soins et l’alimentation du plan de soins pour les patients hospitalisés
  • le domaine 4 porte sur la programmation en interne à travers un agenda électronique pour les soins, les examens et les consultations ainsi que la planification des actions pour le bloc opératoire
  • le domaine 5 couvre la mise en œuvre de tableaux de bord de pilotage partagé entre les professionnels d’un même établissement et nécessaire dans le dialogue de gestion

Poster un commentaire


neuf − = six