Observatoire de la régionalisation

23/11/2012

Fil d’OR Midi Pyrénées – L’Hôpital magnétique, l’innovation au cœur des ressources humaines

21 novembre 2012 – Entretien avec Anne Marie Pronost, Directrice Adjointe Clinique Pasteur

Le turn over du personnel soignant semble s’affirmer comme le talon d’Achille de la médecine moderne. Là où la science excelle, les ressources humaines pâtissent souvent de fortes carences organisationnelles qui n’incitent pas les (rares) personnels médicaux à se stabiliser dans un établissement. De là découle souvent une lutte quotidienne de certains services hospitaliers pour trouver le personnel nécessaire à leur bon fonctionnement.

La Clinique Pasteur, implantée à Toulouse, a développé un nouveau modèle de gestion des ressources humaines qui lui permet aujourd’hui de voir la vi(ll)e en rose.

« L’Hôpital magnétique », faire du soignant un acteur

Le concept d’Hôpital magnétique a été développé aux Etats Unis puis au Canada, là où le  turn over des infirmières posait problème dans la prise en charge. L’Europe est elle aussi concernée par cette pénurie. En 2001, une étude « NEXT » a été menée sur 10 pays européens afin d’identifier les raisons de l’abandon prématuré de leur emploi par les soignants. Seuls les hôpitaux magnétiques étudiés en Belgique se distinguaient. La Clinique Pasteur a donc entrepris d’appliquer ce concept dans son établissement depuis 2009 avec la démarche ARIQ (Attraction, Rétention, Implication des infirmiers et Qualité des soins). Une première en France.

L’Hôpital Magnétique repose sur une auto-évaluation développée selon 3 axes :

  • le sens de la mission
  • l’ouverture vers l’extérieur
  • le support organisationnel aux personnes

Ces 3 axes sont ensuite développés en 7 dimensions, puis 19 références, pour 88 critères d’évaluation au total. Cet auto-diagnostic a été réalisé par un comité de pilotage constitué d’infirmiers de la clinique dans un esprit de développement durable. Chaque critère fait l’objet d’une recherche de preuve pour justifier de l’attribution d’une note A, B, C ou D selon l’avancement constaté. Cette démarche est à la fois impliquante et valorisante pour les infirmières ou les soignants qui sont invités à formuler des axes de résolution en cas de note B, C ou D. Suite au constat d’un cloisonnement trop fort entre les services, cette démarche a par exemple abouti à la signature d’une Charte visant à développer la coopération et l’entraide des services. De la même manière, les soignants regrettaient le manque de communication directe et ont mis en place des réunions systématiques sur l’évaluation des pratiques professionnelles. Les Hôpitaux magnétiques impliquent également le développement d’un leadership important des infirmières cadres qui bénéficient d’une formation renforcée.

Une démarche efficace

Chaque année, la démarche d’hôpital magnétique est évaluée par une échelle de satisfaction au travail (Work Quality Index, Witley et Putzier – 1994) pour mesurer l’impact de cette démarche participative. Depuis 2009, le taux de satisfaction au travail est soit maintenu, soit amélioré, le coefficient de rotation diminue, les professionnels s’impliquent davantage et les infirmières suivent une formation adaptée à leur implication (éthique, douleur…). L’objectif fixé court jusqu’en 2014. AU-DELA, il pourra être développé sur de nouveaux axes comme vers d’autres catégories de professionnels de santé. Ce travail a fait l’objet de nombreux prix tels que le prix Ressources Humaines lors des Trophées de la FHP en 2011 ou les Awards DDH de la FHF en 2012.

La Clinique Pasteur fait également partie d’une alliance des cliniques indépendantes de Midi Pyrénées, Clinavenir, qui souhaitent toutes reprendre en leur sein le concept des hôpitaux magnétiques.

Un partenariat public privé en oncopédiatrie

Les partenariats public/privé (PPP) sont assez rares pour êtres remarqués. A Toulouse, un tel partenariat doit être mis en place, pour améliorer le service aux enfants malades et à leurs familles, entre 3 entités :

  • le Pôle oncopédiatrie du CHU de Toulouse
  • la Clinique Pasteur (HAD)
  • le réseau Enfant-Do, spécialisé dans la prise en charge des problèmes de douleur des enfants en pédiatrie et notamment sur les soins palliatifs au domicile des enfants malades

Cette collaboration a conduite à acter du développement de la prise en charge de chimiothérapies parentérales d’enfants à domicile avec la participation conjointe du CHU, de la HAD Pasteur et du réseau. Le but est d’offrir une bonne prise en charge, très « carrée » grâce à l’appui technique du CHU, en apportant le confort d’une présence au domicile, en phase avec les besoins des enfants comme de leurs parents. Ce projet doit démarrer courant premier trimestre 2013.

« L’avenir d’une institution et la qualité de vie au travail nécessitent l’émergence d’une nouvelle dynamique et l’implication de tous les acteurs pour créer un environnement de travail qui permette aux infirmières de se réaliser pleinement, de favoriser leur appartenance à l’institution, de créer un milieu stimulant et intéressant pour toutes les infirmières, débutantes ou expertes, et pour répondre aux objectifs de qualité des soins. »

One Response

  1. alptis clarea dit :

    Bonjour,
    Lorsqu’il s’agit de se plainte sur la mauvaise qualité des soins dans les hopitaux, ce sont les services hospitaliers qui sont pointés du doigt. Pour l’améliorer, il faut penser également à leur condition de travail pour qu’ils s’épanouissent dans leur environnement professionnel.

Poster un commentaire


+ six = sept